Gérer le bruit du port

En tant qu’administration portuaire canadienne, le Port de Vancouver a pour mandat de faciliter l’atteinte des objectifs commerciaux du Canada, tout en protégeant l’environnement et en tenant compte des communautés locales.

Le Port de Vancouver présente une hausse de ses activités en raison de la demande croissante des échanges commerciaux entre le Canada et l’Asie. Dans le même temps, les communautés qui nous entourent accueillent de plus en plus d’habitants.

Les activités portuaires sont par nature des activités industrielles et sont menées en tout temps. Cependant, nous avons une responsabilité envers les entreprises et les résidents locaux qui consiste à nous efforcer de réduire au minimum les nuisances sonores liées aux activités se produisant sur les terres du port.

Notre ligne permanente réservée aux commentaires de la communauté nous donne un point de contact avec la collectivité, et elle nous permet de suivre les problèmes soulevés et de les résoudre. Plus de la moitié des plaintes reçues de la communauté en 2014 étaient liées au bruit généré par les activités portuaires, en particulier les navires, les terminaux et les trains.

Nous avons instauré un programme de surveillance acoustique afin de mieux comprendre la source et l’intensité des bruits liés au port et de nous aider à mieux répondre aux préoccupations des communautés.

Dix stations permanentes de surveillance acoustique ont été installées dans plusieurs endroits du port; elles sont entièrement autonomes et comportent un microphone qui mesure et enregistre les sons; elles sont reliées à un réseau sans fil sécurisé pour acheminer les données en temps réel. Certaines stations enregistrent également des données météorologiques dans la mesure où le temps peut influer sur le déplacement des sons dans l’atmosphère. Le public peut accéder à ces données sur le bruit en temps réel.

Nous évaluons les répercussions en terme de bruit des propositions de projets sur les terres du port au cours de notre processus d’examen environnemental et d’examen de projet, et nous avons élaboré des lignes directrices afin d’aider les promoteurs à réaliser des évaluations du bruit. Nos nouveaux projets d’infrastructure comportent également des mesures d’atténuation acoustique. À titre d’exemple, le projet de la route Low Level comporte un mur antibruit pour limiter la transmission du son et des surfaces inclinées pour faire dévier le bruit vers le haut, loin de la communauté adjacente. Ce projet a remporté plusieurs récompenses en matière d’ingénierie, y compris le prix Peak of Excellence Award décerné par l’Association of Professional Engineers and Geoscientists of BC, ainsi que le prix 2015 Award for Engineering Excellence décerné par l’Association of Consulting Engineering Companies British Columbia.

Bien que le bruit du port ne puisse pas être complètement éliminé, le réseau de surveillance acoustique nous permet de mieux repérer et contrôler les problèmes liés au bruit mis en avant par les communautés, et de prendre des mesures d’atténuation le cas échéant.

Duncan Wilson
Vice-président à la responsabilité sociale de l’entreprise
Le Port de Vancouver