Qui décide des marchandises qui transitent par le Port de Vancouver?

La Loi maritime du Canada délègue au Port de Vancouver le pouvoir de faciliter les échanges commerciaux du Canada d’une manière qui garantit le transport sécuritaire des marchandises. Il nous incombe également de garantir que nos activités sont durables et de prendre en compte les communautés locales.

De la même façon que les administrations aéroportuaires ne sont pas responsables d’établir la politique d’immigration, les administrations portuaires canadiennes ne sont pas légalement autorisées à décider des marchandises dont le Canada fait le commerce. Ces décisions sont prises par nos élus.

Le mandat juridique des administrations portuaires est de garantir la sécurité et l’efficience des échanges commerciaux, indépendamment du type de marchandises échangées, au sein des limites physiques de leur juridiction.

Chaque projet proposé sur les terrains du port doit être examiné et soumis à un examen environnemental. L’Administration portuaire Vancouver-Fraser constitue une administration fédérale disposant de responsabilités décisionnelles en vertu de l’article 67 de la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale (2012). Avant de réaliser un projet, prendre une décision, s’acquitter de ses fonctions ou remplir son devoir en lien avec un projet proposé quelconque, il convient de s’assurer au préalable que le projet ne comporte pas de fortes chances de produire des effets nuisibles sur l’environnement.