Charbon et changements climatiques

La Loi maritime du Canada délègue au Port de Vancouver le pouvoir de faciliter les échanges commerciaux du Canada d’une manière qui garantit le transport sécuritaire des marchandises. Il nous incombe également de garantir que nos activités sont durables et de prendre en compte les communautés locales.

Le transport du charbon dans le port suscite une inquiétude croissante. Certains se disent préoccupés des répercussions potentielles de la poussière de charbon sur la santé humaine. D’autres ne veulent pas que le charbon soit utilisé dans la production d’énergie électrique et contribue ainsi aux changements climatiques.

De la même façon que les administrations aéroportuaires ne sont pas responsables d’établir la politique d’immigration, les administrations portuaires canadiennes ne sont pas légalement autorisées à décider des marchandises dont le Canada fait le commerce. Ces décisions sont prises par nos élus.

Le mandat juridique des administrations portuaires est de garantir la sécurité et l’efficience des échanges commerciaux, indépendamment du type de marchandises échangées, au sein des limites physiques de leur juridiction.

Chaque projet proposé sur les terrains du port doit être examiné et soumis à un examen environnemental. L’Administration portuaire Vancouver-Fraser constitue une administration fédérale disposant de responsabilités décisionnelles en vertu de l’article 67 de la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale (2012). Avant de réaliser un projet, prendre une décision, s’acquitter de ses fonctions ou remplir son devoir en lien avec un projet proposé quelconque, il convient de s’assurer au préalable que le projet ne comporte pas de fortes chances de produire des effets nuisibles sur l’environnement. Le Port de Vancouver dispose d’un processus d’examen solide. En 2015, nous avons effectué 212 évaluations environnementales.

L’une d’entre elles portait sur un projet de transport de charbon à partir du terminal Fraser Surrey Docks, situé sur le fleuve Fraser, pour lequel un permis a été accordé en août 2014. L’Administration portuaire a exigé une évaluation environnementale pour ce projet, qui a été réalisée par un expert indépendant, Golder Associates Ltd., et qui a comporté une période de consultation publique. De plus, pour donner suite aux inquiétudes publiques et aux rétroactions provenant des autorités sanitaires et d’autres intervenants, nous avons exigé la réalisation par Golder Associates d’une évaluation complète et scientifique des risques pour la santé humaine, en nous appuyant sur les lignes directrices de Santé Canada. L’étude a conclu à l’absence de preuve de répercussions négatives du projet sur la santé humaine au-delà des seuils minimaux acceptables. Toutes les études et tous les documents s’y rapportant sont disponibles publiquement sur notre site Web.

La Corporation de Delta a mené ses propres évaluations de la poussière de charbon aux alentours du corridor ferroviaire et a conclu que « le programme de surveillance de la poussière de charbon de Delta, y compris les résultats des analyses des matières noires sur les terrasses et le mobilier de jardin, a toujours indiqué qu’il s’agissait principalement de saleté, d’algues, de moisissure et d’autres matières organiques1 ». « La surveillance de la poussière de charbon à Delta s’est déroulée sur cinq emplacements et les retombées globales de poussières étaient inférieures à celles indiquées dans les Lignes directrices sur la qualité de l’air de la Colombie-Britannique2 ».

La politique nationale concernant les changements climatiques demeure la responsabilité du gouvernement fédéral. Notre objectif consiste à participer à la réduction des changements climatiques dans l’ensemble de notre juridiction. L’Administration portuaire Vancouver-Fraser a été la première administration portuaire en Amérique du Nord à se doter d’une équipe environnementale, laquelle comprend actuellement 15 spécialistes de la biologie, des poissons et de la faune, de la qualité de l’air, des sciences atmosphériques, de la chimie, des sciences du sol, de la géographie, du développement durable, de la gestion énergétique et des systèmes de gestion environnementale.

Nos nombreuses initiatives de réduction des émissions atmosphériques comprennent notamment le programme d’alimentation à quai des navires, la stratégie Northwest Ports Clean Air Strategy, le programme ÉcoAction et le programme de réduction des émissions de diesel autres que celles liées au transport routier.

Peter Xotta
Vice-président de la planification et des opérations
Administration portuaire Vancouver-Fraser

Rapport de la Corporation de Delta : surveillance de la qualité de l’air à proximité des lignes de chemin de fer dans la région métropolitaine de Vancouver (20 juillet 2016, en anglais seulement)

 

¹ Corporation de Delta, sommaire de la correspondance, 4 mai 2015
² Procès-verbal de la séance ordinaire du conseil municipal de Delta, lundi 30 mars 2015, page 2