À propos du port

L’Administration portuaire Vancouver-Fraser, qui mène ses activités sous le nom de Port de Vancouver, assume la responsabilité de l’intendance des terrains portuaires fédéraux à Vancouver (Colombie-Britannique) et ses environs.

Comme toutes les administrations portuaires canadiennes, le Port de Vancouver a été constitué par le gouvernement du Canada en vertu de la Loi maritime du Canada, et relève du ministre fédéral des Transports.

Notre mandat consiste à faciliter les objectifs commerciaux du Canada, à nous assurer que les marchandises sont transportées de manière sécuritaire, et à tenir compte des communautés locales.

Notre port est le plus grand du Canada et appuie près d’un cinquième de la valeur des échanges commerciaux de marchandises qui transitent par notre pays, offrant le plus vaste éventail de possibilités en matière de manutention des marchandises de tous les ports d’Amérique du Nord.

Notre histoire [hyperlien] Publication de rapports, statistiques et ressources

Juridiction

Situé sur la côte sud-ouest de la Colombie-Britannique au Canada, le Port de Vancouver s’étend de Roberts Bank et du fleuve Fraser jusqu’à Burrard Inlet inclusivement. L’Administration portuaire gère plus de 16 000 hectares d’eau, près de 1 000 hectares de terres, et environ 350 kilomètres de rivage.

Nous gérons des terres et des eaux qui recoupent les territoires traditionnels et les territoires cédés en vertu d’un traité revendiqués et établis de plusieurs Premières Nations Salish du littoral.

Carte interactive du Port de Vancouver

Vue d’ensemble

Le Port de Vancouver représente le troisième port en importance d’Amérique du Nord en matière de tonnage transitant par le port. Nous hébergeons 28 grands terminaux de fret maritime, 3 chemins de fer de Classe 1 et une vaste gamme d’installations et de services offerts à la communauté internationale du transport maritime.

Notre port est le plus diversifié d’Amérique du Nord et ses activités se répartissent sur les cinq secteurs suivants : les automobiles, les marchandises diverses, le vrac, les conteneurs et les croisières. Le port facilite les échanges commerciaux avec plus de 160 économies de par le monde, et a vu transiter 140 millions de tonnes de marchandises en 2014 représentant une valeur de 187 milliards de dollars. Presque 95 pour cent du volume total des marchandises qui transitent par le port contribuent aux marchés d’importation et d’exportation du Canada.

Le port héberge de nombreuses entreprises variées, dont des terminaux de marchandises et de croisière, des industries qui ont besoin d’avoir accès aux eaux sujettes aux marées, des chantiers maritimes, des remorqueurs, des chemins de fer, des camions, des agents maritimes, des transitaires, des fournisseurs, des constructeurs et des agences administratives.

Les terminaux maritimes en eau profonde du Port de Vancouver ne connaissent pour ainsi dire aucune restriction relative au tirant d’eau et peuvent accueillir les navires super postpanamax, tout en offrant des installations ferroviaires à quai complètes. Nos installations en eau douce dispensent des services intégrés pour les industries de l’automobile et de la forêt du littoral, ainsi que pour le transport maritime de courte distance. Le terminal de croisières du Port de Vancouver, situé à la Place du Canada, sert de port d’attache pour l’industrie des croisières entre Vancouver et l’Alaska.

Retombées économiques

Tel qu’il est précisé dans l’étude de 2012 sur les retombées économiques du Port de Vancouver, les activités en lien direct avec le port ont créé :

  • 98 800 emplois canadiens
  • 9,7 milliards de dollars de produit intérieur brut (PIB)
  • 20,3 milliards de dollars de production économique
  • 6,1 milliards de dollars en salaires
  • 67 000 $ de salaire moyen pour un emploi direct à comparer à 44 000 $ de salaire moyen au Canada
  • 1,3 milliard de dollars par an en recettes fiscales

Retombées pour les communautés situées dans la juridiction du port

Nos rôles et responsabilités

En exécutant son mandat en vertu de la Loi maritime du Canada, l’Administration portuaire s’acquitte des obligations suivantes :

Sûreté et sécurité de l’ensemble des terres et eaux, en coopération avec d’autres agences, et en utilisant la technologie et les patrouilles terrestres et maritimes.

Délivrance de permis à l’ensemble des projets proposés en vue de l’utilisation des terrains portuaires fédéraux.

Examens environnementaux en vertu de Loi canadienne sur l’évaluation environnementale (2012) pour les projets situés sur les terrains portuaires.

Planification, ce qui comprend l’utilisation ultérieure des terrains portuaires, des prévisions économiques à long terme, des plans stratégiques et une évaluation du rendement.

Gestion immobilière, ce qui comprend la négociation de l’ensemble des baux des locataires et l’achat et la vente d’avoirs.

Opérations commerciales en collaboration avec l’ensemble des exploitants de terminaux, les chemins de fer et les chargeurs pour garantir l’efficience du transport des marchandises d’un bout à l’autre des terrains et eaux du port.

Développement de l’infrastructure pour soutenir la croissance et les activités efficientes, y compris la collaboration avec le gouvernement et d’autres acteurs sur des projets s’étendant au-delà des terrains portuaires.

Communication et collaboration avec nos nombreux intervenants portuaires, y compris les gouvernements locaux, provincial, fédéral et internationaux, les communautés locales, les partenaires commerciaux, les groupes autochtones et le public en général.