La protection de l’environnement est notre mandat

Le Port de Vancouver est chargé de s’assurer que le port est prêt à assumer l’augmentation des échanges commerciaux, mais qu’en est-il du besoin de protéger l’environnement?

Il s’avère que la protection de l’environnement fait également partie de notre mandat prescrit par la loi, et nous déployons d’importants efforts pour assurer une croissance durable et responsable du port.

Tout d’abord, nous réalisons des examens de toutes les demandes de projet, ce qui comprend une procédure d’examen de la planification et d’évaluation environnementale. Les administrations portuaires canadiennes sont des entités fédérales qui présentent des responsabilités en matière de prise de décisions en vertu de la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale de 2012. Nous devons nous assurer que tout projet réalisé sur les terres fédérales n’aura pas d’effets environnementaux néfastes importants. Notre processus d’examen respecte des normes élevées; chaque demande fait l’objet d’un examen minutieux et rigoureux portant sur ses avantages, les répercussions pour les communautés locales et les mesures d’atténuation requises au besoin. Aucun permis ne sera délivré avant l’achèvement de l’ensemble des examens techniques et des consultations requises menées auprès des municipalités, des Premières Nations et des communautés.

Par ailleurs, nous disposons d’un ensemble de programmes environnementaux novateurs qui permettent de gérer les répercussions des activités portuaires sur les terres, l’air et l’eau. Nous sommes le premier port au Canada à disposer d’une équipe de spécialistes de l’environnement qui se consacre à collaborer avec les locataires, les terminaux et les autres intervenants afin de réduire les émissions atmosphériques et la consommation d’électricité, à réduire au minimum les répercussions du bruit, etc. dans le but d’assurer la durabilité environnementale du port.

L’un de ces programmes est le programme ECHO, qui vise l’amélioration de l’habitat et de l’observation des cétacés. Nous savons déjà que l’augmentation de la population humaine et du trafic maritime de toute origine, qu’il s’agisse des navires de transport maritime, des traversiers, des navires d’observation des baleines et des navires de plaisance, a des répercussions sur la population résidente du sud d’épaulards. Le programme ECHO a été mis en place dans le but de mieux comprendre les effets cumulés de toutes les activités de transport maritime sur les baleines tout le long de la côte sud de la Colombie-Britannique, et afin de trouver des solutions d’atténuation appropriées.

Le programme ECHO est une initiative de recherche et de gestion collaborative qui concentre les efforts et les ressources de multiples intervenants, y compris des organismes gouvernementaux, des Premières Nations, des utilisateurs de l’industrie maritime, des organisations non gouvernementales et des experts scientifiques. Notre objectif à long terme consiste à élaborer des solutions qui permettront de répondre à certaines des principales menaces qui pèsent sur les baleines, à savoir le bruit sous-marin, les collisions avec les navires, la contamination de l’eau et la disponibilité des proies. Le programme a reçu un financement de 1,6 million de dollars et continue à rechercher des possibilités de financement supplémentaire auprès de l’industrie et du gouvernement aux fins de recherche, de surveillance à long terme et de maintenance continue du programme.

Notre rapport annuel sur la durabilité certifié comprend un résumé de notre rendement global. Bien que notre rôle à l’appui des échanges commerciaux et de l’économie canadienne soit bien connu, nous sommes également un chef de file de l’industrie en matière de programmes environnementaux et de mobilisation de la communauté. Nous sommes très fiers de notre approche en matière de durabilité et de notre travail en continu visant à protéger l’environnement et à mobiliser la communauté, tel que souligné dans le rapport.

En tant qu’administration portuaire canadienne, notre travail consiste à s’assurer que les opérations du port sont durables et protègent l’environnement. En effet, si nous ne prenons pas en compte toutes les répercussions sous notre contrôle, la capacité du port à atteindre les objectifs commerciaux du Canada sera également menacée.

Duncan Wilson
Vice-président à la responsabilité sociale de l’entreprise
Le Port de Vancouver