Programme d’amélioration de l’habitat et de l’observation des cétacés (ECHO)

Rapport annuel 2018 du programme ECHO (en anglais seulement)

Le Programme d’amélioration de l’habitat et de l’observation des cétacés (Enhancing Cetacean Habitat and Observation, ou ECHO) est une initiative menée par l’Administration portuaire Vancouver-Fraser qui vise à mieux comprendre et gérer les répercussions des activités de navigation sur les espèces de baleines en péril le long de la côte sud de la Colombie-Britannique.

Quelques-unes des menaces clés qui pèsent sur les baleines dans la région comprennent :

  • les perturbations acoustiques (bruit sous-marin);
  • les perturbations physiques (collisions avec les navires);
  • les contaminants environnementaux; et
  • la disponibilité des proies.

L’objectif à long terme du programme ECHO consiste à développer des mesures d’atténuation qui permettront de réduire de manière significative les menaces potentielles qui pèsent sur les baleines en raison des activités de navigation commerciale.

Baleines en péril dans notre région

La Colombie-Britannique abrite un écosystème côtier fécond qui assure la subsistance de populations de baleines, de marsouins et de dauphins (cétacés).

Vous avez peut-être déjà eu le plaisir de voir certains de ces cétacés, notamment l’épaulard, la baleine à bosse, le rorqual commun, la baleine bleue ou le rorqual boréal, qui résident au sud et au nord de la région. Pêche et Océans Canada (MPO) a créé divers programmes de rétablissement en vertu de la Loi sur les espèces en péril visant plusieurs espèces de baleines à risque et leur habitat essentiel. 

La majorité de l’activité maritime commerciale sur la côte sud de la Colombie-Britannique transite par l’habitat essentiel des épaulards résidents du sud, une espèce en voie de disparition, ainsi que dans plusieurs zones d’importance pour d’autres espèces de baleines en péril.

Nous nous engageons à mener nos activités d’une façon responsable et durable, qui favorise la protection continue de l’environnement. C’est à cette fin que le Programme ECHO a été mis sur pied.

Dernières nouvelles

Projet de ralentissement volontaire dans le détroit de Haro et le passage Boundary – période de surveillance en cours

Cet été, le programme ECHO, en étroite collaboration avec l’industrie du transport maritime, le gouvernement et d’autres partenaires et conseillers, coordonnera la mise en œuvre d’un nouveau projet de ralentissement volontaire des navires. L’objectif de ce projet est de maximiser la participation de l’industrie, la réduction des niveaux de bruit sous-marin et les bienfaits pour la population résidente d’épaulards du sud dans leurs aires d’alimentation principales.

Les épaulards du sud reviennent généralement dans la mer Salish pour se nourrir pendant l’été, parfois à compter du mois de juin. Pour assurer que les navires ralentissent en présence de baleines, une période de suivi a été entreprise le 1er juin 2019, et le projet de ralentissement volontaire débutera lorsque la présence de baleines dans la région sera confirmée à l’aide de données recueillies par hydrophone ou selon les observations de partenaires de confiance.

Projet de déplacement latéral volontaire – lancement le 17 juin 2019

Le programme ECHO et Transports Canada, avec le soutien de partenaires régionaux et internationaux, ont mis sur pied un nouveau projet visant à mesurer l’incidence de l’éloignement des remorqueurs et des barges des zones connues d’alimentation des baleines sur les niveaux de bruit sous-marin. Cet été, lorsqu’il sera jugé possible et sécuritaire de le faire, tous les remorqueurs et les barges de passage dans la région côtière canadienne du détroit Juan de Fuca seront invités à naviguer dans la zone de déplacement latérale, au sud des zones connues d’alimentation des épaulards, tout en conservant une distance tampon de 1000 m du système de séparation du trafic.

Collaboration

Dès sa création, le Programme ECHO a profité de l’apport de la communauté scientifique, de l’industrie de la navigation commerciale, de groupes chargés de la conservation et de la protection de l’environnement, des Premières Nations et d’organismes gouvernementaux afin d’en concentrer les efforts et d’en établir les buts et objectifs précis.

Nous tenons à souligner la participation et le soutien généreux des organisations et des particuliers suivants, sans qui le Programme ECHO ne serait pas possible :

  • Bailleurs de fonds
    Administration portuaire Vancouver-Fraser
    Fraser River Pile and Dredge
    Trans Mountain
    Transports Canada
  • Contributions en nature
    Aquarium de Vancouver
    JASCO Applied Sciences
    Oceans Networks Canada
    Pêches et Océans Canada
  • Groupe de travail consultatif
    Administration de pilotage du Pacifique
    Administration nationale des océans et de l’atmosphère (NOAA)
    Administration portuaire Vancouver-Fraser
    Aquarium de Vancouver
    BC Coast Pilots
    BC Ferries
    Chamber of Shipping of BC
    Council of Marine Carriers
    Cruise Lines International Association (North West & Canada)
    Fédération maritime du Canada
    Hemmera
    Marine royale du Canada
    Membres des Premières Nations
    Pêches et Océans Canada (MPO)
    Transports Canada
    Washington State Ferries
    WWF-Canada
  • Collaborateurs au projet
    Administration nationale des océans et de l’atmosphère (NOAA)
    All-Sea Enterprises
    Autorité portuaire Prince Rupert
    BC Coast Pilots
    BC Ferries
    Chamber of Shipping of BC
    Seaspan
  • Comité consultatif fédéral
    Administration portuaire Vancouver-Fraser
    Environnement Canada
    Pêches et Océans Canada
    Transports Canada
  • Comité technique sur l’acoustique
    Administration nationale des océans et de l’atmosphère (NOAA)
    Aquarium de Vancouver
    BC Ferries
    DHI Group Inc.
    DW-Shipconsult
    JASCO Applied Sciences
    Marine royale du Canada
    Oceans Networks Canada
    Pêches et Océans Canada
    Robert Allan Naval Architects
    SMRU Consulting
    Transports Canada
    Université de la Colombie-Britannique
    Université de St. Andrews
    Université de Victoria
    Washington State Ferries
  • Comité des opérateurs de navires
    Administration de pilotage du Pacifique
    Administration portuaire Vancouver-Fraser
    BC Coast Pilots
    BC Ferries
    Chamber of Shipping of BC
    Council of Marine Carriers
    Cruise Lines International Association (North West & Canada)
    Fédération maritime du Canada
    Garde côtière canadienne
    Hapag-Lloyd (Canada) Inc.
    Holland America Group
    Marine Exchange of Puget Sound
    Marine royale du Canada
    Pacific Northwest Ship & Cargo Services
    Transports Canada
    Washington State Ferries
  • Autres engagements
    Achieve Quieter Oceans (AQUO)
    Alliance verte
    Autorité portuaire de Nanaimo
    Marine Environmental Observation Prediction and Response Network (MEOPAR)
    Ports de Seattle et de Tacoma
    Scripps Institution of Oceanography
  • Facilitateur indépendant
    Fraser Basin Council

Projets

Le Programme ECHO a basé ses secteurs d’intervention privilégiés sur trois catégories de menaces définies dans la stratégie de rétablissement de Pêches et Océans Canada, soit :

  • les perturbations acoustiques : les baleines utilisent le son pour se nourrir, se reproduire, communiquer et éviter le danger. L’activité maritime commerciale accroît le bruit sous-marin et peut ainsi avoir des répercussions sur ces fonctions biologiques.
  • les perturbations physiques : le trafic maritime augmente le risque de collision et peut avoir une incidence sur les comportements et les mouvements normaux des baleines.
  • les contaminants environnementaux : les contaminants peuvent s’accumuler dans le système des baleines, et avoir un impact sur leurs capacités de reproduction, leur développement et leurs fonctions immunitaires.

L’accès aux proies, particulièrement au saumon quinnat, est critique à la survie de la population d’épaulards résidents du sud. Bien que le Programme ECHO se concentre principalement sur les effets du transport maritime et des activités portuaires, nous nous intéressons également à l’importance de la présence de poissons servant de proies aux baleines. À cet effet, notre programme d’amélioration de l’habitat vise à créer, à restaurer et à améliorer l’habitat des poissons et de la faune sauvage pour contribuer à réduire cette menace pour les espèces de baleines en péril.

L’objectif de toutes les initiatives du Programme ECHO est de développer des solutions innovantes pour atténuer les menaces potentielles aux cétacés et de réduire le bruit sous-marin dans la région. Ces solutions peuvent comprendre des incitatifs pour l’utilisation d’une technologie verte sur les navires, des modifications apportées aux activités opérationnelles des navires océaniques, la reconnaissance des programmes de certification des navires silencieux, ou l’élaboration de critères liés au niveau de bruit des navires qui pénètrent dans le port. Le programme incitatif ÉcoAction, mis sur pied par l’Administration portuaire Vancouver-Fraser, ou le programme Alliance verte constituent des avenues intéressantes pour la mise en œuvre des solutions d’atténuations proposées.

En 2015, le groupe de travail consultatif du Programme ECHO a qualifié le bruit sous-marin de secteur d’intervention prioritaire en raison de son incidence sur les espèces en péril, tout particulièrement les populations d’épaulards résidents du sud. Le Programme ECHO soutient une série de projets individuels à court terme, d’études scientifiques et d’initiatives d’éducation. Ces projets procureront une meilleure compréhension des menaces régionales cumulatives découlant du trafic maritime, et serviront de base au développement de solutions d’atténuation. À cette fin, le Programme ECHO a convoqué plusieurs comités techniques, composés d’experts tels que des chercheurs spécialistes des mammifères marins, des ingénieurs en construction navale et des spécialistes de l’acoustique, afin de développer un plan de travail pour s’attaquer au bruit sous-marin.

Projets de réduction du bruit sous-marin

Les baleines utilisent le son pour naviguer, communiquer et trouver leurs proies. La stratégie de rétablissement de Pêches et Océans Canada suggère que l’accroissement du trafic maritime est responsable de l’augmentation des niveaux de bruit enregistrés au cours des 100 dernières années. Pour cette raison, le bruit sous-marin est un sujet d’étude prioritaire du Programme ECHO.

Explorez certains des projets de réduction du bruit sous-marin du Programme ECHO ci-dessous :

En 2018, le Programme d’amélioration de l’habitat et de l’observation des cétacés (ECHO) planifie une série d’initiatives visant la réduction du bruit sous-marin produit par les grands navires commerciaux dans les habitats essentiels désignés de la population menacée d’épaulards du sud.

En savoir plus

Entre le 7 août et le 6 octobre 2017, les navires commerciaux étaient priés de ralentir à 11 nœuds lors de leur passage dans le détroit de Haro, une aire d’alimentation estivale importante pour la population d’épaulards résidents du sud. Ce projet-pilote visait à mesurer la réduction des niveaux de bruit sous-marin rendue possible par le ralentissement des navires.

En savoir plus

Comment pouvons-nous rendre les navires plus silencieux? Cette étude s’est penchée sur les meilleures solutions de réduction du bruit sous-marin produit par les navires. L’étude recommandait l’inclusion de ces solutions au programme ÉcoAction de l’Autorité portuaire Vancouver-Fraser, qui offre aux navires des incitatifs pour dépasser les exigences des règlements environnementaux. Depuis le 1er janvier 2017, les navires répondant à certains critères acoustiques ou dotés de technologies de réduction de la cavitation qui font escale au port de Vancouver seront admissibles à un rabais sur les droits portuaires.

 

Quel est le bruit produit par les différents types de navires? Où se déplacent-ils dans la région, et à quelle fréquence s’y trouvent-ils? Cette étude visait à identifier et à quantifier la contribution des différentes catégories de navires commerciaux au bruit sous-marin général enregistré dans la région.

 

En partenariat avec Transport Canada, Pêches et Océans Canada, Ocean Networks Canada et JASCO Applied Sciences, une station d’écoute sous-marine a été implantée dans le détroit de Géorgie en 2015 pour mesurer le bruit produit par les navires. Cette information permet une meilleure compréhension des niveaux de bruit associés aux différents types de navires.

 

Cette étude dirigée par la firme SMRU Consulting visait à mieux comprendre la réaction des populations d’épaulards résidents du sud au bruit sous-marin produit par les grands navires commerciaux comme par les petits bateaux d’observation des baleines.

Le Programme ECHO comprend également d’autres projets d’étude acoustique passés ou en cours, notamment :

  • Le suivi du bruit sous-marin ambiant de base de la région par un réseau d’hydrophones. PROJET EN COURS.
  • La présentation des répercussions du bruit sous-marin sur les mammifères marins aux marins locaux par l’intermédiaire d’un programme de sensibilisation et d’éducation. PROJET EN COURS.
  • L’étude des effets potentiels du bruit des navires sur l’appel des baleines à bosse dans les eaux de la Colombie-Britannique.

Cette infographie (en anglais seulement) a été créée pour aider les marins à saisir l’impact du bruit sous-marin produit par les navires et les stratégies pour réduire celui-ci. Imprimez-en une copie et affichez-la sur le pont ou l’aire commune de votre navire.

En savoir plus

En 2018, une étude volontaire a eu lieu pour étudier comment la relocalisation des gros bateaux commerciaux et des déplacements côtiers, comme les remorqueurs et les barges, à une plus grande distance des zones d’alimentation connues des baleines dans le Détroit de Juan de Fuca affecte les niveaux de bruits sous-marins dans ces eaux. L’étude a été menée par Transport Canada et le Programme Echo, avec le support de la Garde côtière américaine, de Pêches et Océans Canada, des industries canadienne et américaine de transport marin, de personnes autochtones et de groupes conservationnistes et environnementalistes.

En 2019, le Programme ECHO et Transport Canada, avec le support de partenaires locaux et internationaux, étudieront l’effet du déplacement des remorqueurs et des barges à une plus grande des zones d’alimentation connues des baleines sur les niveaux de bruits sous-marins dans ces eaux. Cet été, lorsqu’il sera sécuritaire et possible de le faire, tous les remorqueurs et toutes les barges passant par la zone estuaire canadienne de Juan de Fuca auront l’ordre de passer au sud des zones d’alimentation des baleines par la zone d’essai de déplacement latéral, tout en maintenant une distance de 1000m du dispositif de séparation du trafic.

Le Programme ECHO et Pêches et Océans Canada donnent leur support à une étude de mesure du niveau de bruit sous-marin créé par les petits bateaux dans le Détroit de Haro. Elle cherche à mesurer plus précisément l’intensité du bruit sous-marin créé par les bâteaux d’observation des baleines et les autres petites embarcations qui opèrent dans la mer des Salish, près de l’habitat d’alimentation des  épaulards résidants dans le sud. Cette étude est menée en parallèle avec une autre étude sur le bruit marin créé par les gros navires commerciaux pilotés dans le Détroit de Haro.

 

Autres projets d’atténuation des menaces

Perturbations physiques et contaminants environnementaux

Les perturbations physiques et les contaminants environnementaux sont deux menaces additionnelles aux populations d’épaulards résidents du sud. La présence de navires en tous genres a connu une hausse importante au cours des dernières années, et ce trafic est associé à un risque accru de collision pour les baleines, tout particulièrement chez les grandes baleines telles que la baleine bleue, le rorqual commun, le rorqual boréal et la baleine à bosse, en plus de nuire à leurs comportements et leurs déplacements normaux. Plusieurs contaminants chimiques et biologiques présents dans nos océans, tels que les espèces envahissantes, constituent des menaces pour les cétacés. La mesure des niveaux de contaminants présents dans le corps des épaulards et d’autres mammifères marins pose un défi de taille. L’étude des contaminants dans l’eau, les sédiments et les autres sources de nourriture, notamment les mollusques et les crustacés, de l’environnement physique des mammifères marins constitue une façon de comprendre leur effet réel sur les baleines. Certains projets soutenus par le Programme ECHO dans ce champ d’études comprennent :

Mis au point par des marins du Programme ECHO et des traverviers de la C-B, en partenariat avec Ocean Wise, le tutoriel Whales in our Waters traite d’une panoplie de sujets et cherche à conscientiser les marins quant aux espèces locales de baleines et les façons de les identifier, ainsi que de transmettre les meilleurs pratiques à implémenter lors de la navigation en leur présence. Le tutorial prend jusqu’à 90 minutes à compléter.

Vous pouvez vous inscrire au echolearn.portvancouver.com

Où le risque de collision entre navires et baleines est-il le plus important? Avec le soutien du Programme ECHO, Pêches et Océans Canada a procédé à une étude de la distribution des grandes baleines au sud-ouest de l’île de Vancouver à l’aide de technologies de surveillance aérienne et de suivi par satellite pour contribuer à cibler les zones où le risque de perturbations physiques ou de collisions est le plus élevé.

En collaboration avec l’Aquarium de Vancouver, Oceanwise et l’autorité portuaire Prince Rupert, le Programme ECHO a facilité le développement du Guide sur les baleines, les dauphins et les marsouins de l’ouest du Canada à l’intention des marins, qui aide ces derniers à identifier les mammifères marins, leurs habitats saisonniers le long de la côte ouest, et les différentes façons de réduire les interactions potentielles avec ceux-ci.

 

L’application WhaleReport est un système d’alerte qui avise certains exploitants de navires commerciaux de la région de la présence de baleines à proximité. Ce projet en cours de développement est mené par le réseau BC Cetacean Sightings Network de l’Aquarium de Vancouver/Oceanwise, en collaboration avec le Programme ECHO et l’autorité portuaire Prince Rupert.

Le Programme ECHO soutient PollutionTracker, une initiative de l’Aquarium de Vancouver/Oceanwise qui vise à recueillir et à analyser des échantillons de sédiments et de moules afin de déterminer les niveaux de base de contaminants environnementaux et de définir les meilleures pratiques de réduction de la pollution aquatique et côtière.