Plantes, poissons et faune

Un environnement sain s’appuie sur tous les niveaux de l’écosystème, y compris les plantes de petite taille, le biofilm, les populations robustes de poissons et la faune. Pour le Port de Vancouver, trouver un équilibre entre un environnement sain et une économie portuaire florissante relève de la plus haute importance.

Plantes

Notre juridiction compte des secteurs dans lesquels se trouvent des plantes qui offrent un habitat important pour une grande variété d’espèces sauvages. S’il existe un risque de répercussions néfastes potentielles importantes pour l’habitat sur le site d’un projet, une évaluation de l’habitat peut être réalisée dans le cadre de notre processus d’examen environnemental, et la prise de mesures d’atténuation appropriées peut être nécessaire. Par exemple, le fait de replanter de la végétation et de surveiller cette végétation replantée pendant quelques années pour s’assurer de sa survie constitue une mesure d’atténuation fréquente.

Poissons et faune

La vallée du Bas-Fraser présente une remarquable diversité d’espèces de poissons, d’oiseaux et d’autres espèces sauvages au sein de notre juridiction.

Le Port de Vancouver travaille en étroite collaboration avec Pêches et Océans Canada, les groupes communautaires locaux et les associations environnementales afin de surveiller, protéger et créer un habitat pour les espèces telles que le saumon du Pacifique, l’eulachon, le hareng et les oiseaux qui fréquentent le secteur de la voie migratoire du Pacifique.

Pacific Flyway Council

Espèces en péril

Le Port de Vancouver gère les terres fédérales situées dans sa juridiction. La plupart de ces terres sont soumises au développement ou à des activités industrielles au quotidien, ce qui peut avoir une incidence sur l’environnement naturel avoisinant, y compris les espèces en péril. Les espèces en péril doivent être particulièrement prises en compte par les propriétaires de terres fédérales et les décideurs. En vertu de la Loi sur les espèces en péril, les espèces en péril individuelles, et dans certains cas leurs habitats, sont protégées légalement sur les terres fédérales.

Il est essentiel que le Port de Vancouver comprenne où peuvent se trouver ces espèces sur les terres du port et trouve ainsi un moyen d’atténuer l’incidence des activités liées au port. En 2014, nous avons réalisé un inventaire des espèces en péril et nous avons repéré 32 espèces inscrites sur la liste fédérale qui sont actuellement présentes dans notre juridiction ou qui pourraient s’y trouver. Ces espèces comprennent la musaraigne de Bendire, l’esturgeon blanc et la grenouille à pattes rouges. Nous avons décidé de documenter les espèces en péril qui sont sensibles aux activités liées au port et qui ont des chances raisonnables ou élevées de se trouver au sein de notre juridiction. Nous avons élaboré un outil d’inventaire interactif dans le cadre de ce projet afin de créer des cartes pouvant être consultées pendant l’examen des projets, dans le but de déterminer les répercussions potentielles sur les espèces en péril et de mettre au point des mesures d’atténuation au besoin. Le rapport donne également la priorité aux espèces pour lesquelles une future planification de la gestion et des futurs travaux d’inventaire sur le terrain sont recommandés.

Espèces envahissantes

En règle générale, les espèces envahissantes sont considérées comme posant la menace la plus importante à la biodiversité après la perte de l’habitat. En réponse à cette menace, le Canada et la Colombie-Britannique ont élaboré des stratégies sur les espèces envahissantes afin de résoudre le problème posé par les espèces exotiques dangereuses dont l’introduction ou la multiplication menace l’environnement, l’économie ou la société, y compris la santé humaine.

En 2014, le Port de Vancouver a mis au point un inventaire des espèces envahissantes terrestres. Par l’intermédiaire de ce processus, le Port de Vancouver a déterminé les plantes envahissantes présentant des risques élevés qui sont présentes au sein de la juridiction ou qui ont de grandes chances de l’être, y compris plusieurs types de renouée des oiseaux, de spartine, de berce du Caucase et de lythrum effilé. Les espèces non indigènes de spartine menacent à l’heure actuelle les ressources côtières de la Colombie-Britannique. Ces bâtisseurs d’écosystème surpassent les plantes indigènes et convertissent les zones intertidales en prairies homogènes de spartine, ce qui réduit les sources d’alimentation des sauvagines, les aires de repos pour les oiseaux migrateurs et les secteurs de production pour les mollusques et crustacés.

Pendant plus d’une décennie, le Port de Vancouver a participé au groupe de travail de la Colombie-Britannique sur la spartine qui cherche activement à éradiquer les espèces envahissantes de spartine le long de la côte de la Colombie-Britannique. Dans le but de ralentir l’introduction des espèces envahissantes au sein de notre juridiction, nous avons repéré les activités qui pouvaient causer l’introduction ou la multiplication des espèces envahissantes terrestres, de même que les pratiques de gestion exemplaires pour le traitement des espèces envahissantes. À l’avenir, le Port de Vancouver va collaborer avec ses locataires à la création de plans de gestion des espèces envahissantes terrestres présentant des risques élevés, et continuera à participer aux discussions régionales relatives à la gestion des plantes envahissantes et aux menaces futures.

Stratégies sur les espèces envahissantes
Groupe de travail de Colombie-Britannique sur la spartine

Collaborations

Écloserie Mossom Creek et centre éducatif

Le Port de Vancouver s’est engagé à investir 125 000 $ au cours des trois prochaines années afin de soutenir la programmation et les opérations de l’écloserie Mossom Creek et du centre éducatif. Créés en 1976, l’écloserie Mossom Creek et son centre éducatif sont reconnus comme étant le programme d’écloserie communautaire le plus ancien dans le cadre du programme de mise en valeur des salmonidés de Pêches et Océans Canada, et ils permettent chaque année à des centaines d’élèves de réaliser des activités d’apprentissage pratiques.

Écloserie Mossom Creek et centre éducatif

Fondation du saumon du Pacifique

Le Port de Vancouver s’est associé à la Fondation du saumon du Pacifique pour aider à protéger et à rétablir l’habitat du saumon au sein de la juridiction opérationnelle du port. Depuis 2008, nous avons versé environ 275 000 $ pour financer les initiatives de conservation menées par les communautés, et nous avons commandité le Pink Salmon Festival organisé par la Fondation.

Fondation du saumon du Pacifique

Marine Mammal Rescue Centre de l’aquarium de Vancouver

Le Marine Mammal Rescue Centre de l’aquarium de Vancouver sert d’hôpital pour les mammifères marins malades, blessés ou orphelins, avec pour objectif de les réhabiliter et de les relâcher dans la nature. Depuis 2003, le Marine Mammal Rescue Centre mène ses activités sur les terres du port, et nous sommes fiers de les mettre gratuitement à leur disposition. De plus, nous sommes le commanditaire principal du centre depuis trois ans et nous lui versons un financement afin qu’il puisse poursuivre son travail si important.

Marine Mammal Rescue Centre de l’aquarium de Vancouver