Espèces aquatiques et terrestres

Fraser River habitat bench

La vallée du Bas-Fraser présente une remarquable diversité d’espèces aquatiques et terrestres. Un environnement sain s’appuie sur tous les niveaux de l’écosystème, y compris les plantes de petite taille, le biofilm, les populations de poissons et la faune. Les activités portuaires et le développement des infrastructures peuvent causer la détérioration des habitats et l’introduction d’espèces envahissantes, et augmenter les émissions de lumière et de bruit, facteurs qui peuvent nuire à la biodiversité et à la productivité des écosystèmes.

Nous atténuons les répercussions possibles sur les espèces aquatiques et terrestre à l’aide de nos par nos processus d’évaluation des projets et d’examen environnemental, de nos inventaires et nos plans de gestion des espèces envahissantes, et de notre plan d’utilisation des sols.

Processus d’évaluation des projets et d’examen environnemental

Nous exigeons l’obtention d’un permis pour toutes les nouvelles activités et tous les nouveaux développements prévus sur les terres ou dans les eaux du Port de Vancouver. Dans le cadre de notre processus d’évaluation des projets et d’examen environnemental, nous analysons les demandes de permis et déterminons les répercussions possibles des projets sur l’environnement, notamment sur la biodiversité. Nous ne donnons pas notre aval aux projets qui risquent d’avoir des répercussions néfastes majeures sur l’environnement. Si un projet est approuvé, le permis comprend des conditions relatives à l’environnement visant à éviter ou à atténuer les répercussions éventuelles.

Par exemple, l’acceptation d’un projet peut nécessiter la réalisation d’une évaluation de l’habitat et la mise en place de mesures d’atténuation appropriées. La plantation de végétation est une mesure d’atténuation courante, et la nouvelle végétation doit être surveillée pendant quelques années pour s’assurer qu’elle survit.

Espèces en péril

Streambank lupine invasive species

Une étude récente a permis de repérer 32 espèces inscrites sur la liste fédérale des espèces en péril qui sont actuellement présentes ou qui pourraient se trouver à Burrard Inlet et dans le fleuve Fraser, des secteurs faisant partie de notre juridiction. En vertu de la Loi sur les espèces en péril, les animaux et, dans certains cas, leur habitat sont protégés légalement sur les terres fédérales.

Pour mieux protéger les espèces en péril et gérer les répercussions causées par le Port de Vancouver sur ces espèces et leur habitat, nous avons effectué un inventaire sur le terrain des espèces suivantes :

  • Musaraigne de Bendire
  • Grenouille à pattes rouges
  • Naseux de Nooksack
  • Petite chauve-souris brune
  • Grenouille maculée de l’Oregon
  • Tortue peinte de l’Ouest

Notre juridiction comprend également des aires protégées fédérales d’habitat des espèces suivantes :

  • Lupin des ruisseaux
  • Musaraigne de Bendire
  • Guillemot marbré
  • Épaulard du sud

Nous prenons également des mesures directes, telles que le programme ECHO, pour améliorer l’habitat de certaines espèces en péril, notamment les populations d’épaulards résidents du sud.

Espèces envahissantes

Après la perte d’habitats, les espèces envahissantes sont généralement considérées comme la menace la plus importante à la biodiversité. L’introduction d’espèces envahissantes peut étouffer les plantes indigènes, déplacer les animaux, et nuire à la productivité des écosystèmes et à la biodiversité.

Les espèces envahissantes pénètrent dans les terres et les eaux du port par diverses voies, notamment le changement d’eau de ballast et le fret maritime. Certaines agences fédérales, dont l’Agence canadienne d’inspection des aliments, Transports Canada, le ministère de l’Environnement et du changement climatique, et Pêches et Océans Canada jouent un rôle important dans la surveillance et la prévention de l’introduction d’espèces envahissantes dans le port.

L’Administration portuaire Vancouver-Fraser est déterminée à freiner l’introduction et la multiplication des espèces terrestres envahissantes dans sa juridiction. Nous participons à des discussions régionales sur la gestion des espèces envahissantes, avons mis au point un inventaire, et avons repéré les activités qui pouvaient causer leur introduction ou leur multiplication, de même que les pratiques de gestion exemplaires pour leur traitement.

Notre inventaire des espèces terrestres envahissantes a permis de cibler les plantes envahissantes associées à des risques élevés qui sont présentes dans notre juridiction ou qui ont de grandes chances de l’être, y compris plusieurs types de renouée des oiseaux, de spartine, de berce du Caucase et de salicaire pourpre. Les espèces non indigènes de spartines menacent à l’heure actuelle les ressources côtières de la Colombie-Britannique. Ces bâtisseurs d’écosystème surpassent les plantes indigènes et convertissent les zones intertidales en prairies homogènes de spartine, ce qui réduit les sources d’alimentation des sauvagines, les aires de repos pour les oiseaux migrateurs, et les secteurs de production pour les mollusques et crustacés.

Chaque année, nous gérons et éliminons des plantes envahissantes, comme la renouée des oiseaux, présentes dans notre juridiction. À l’avenir, l’Administration portuaire Vancouver-Fraser entend collaborer avec ses locataires à la création de plans de gestion des espèces terrestres envahissantes présentant des risques élevés.

Conservation

Notre plan d’utilisation des sols désigne certaines aires vouées à la conservation. Elles visent principalement la conservation, l’amélioration et la réhabilitation des habitats, ou la création d’habitats de réserve, et ne doivent généralement pas être utilisées à des fins de développement. Maplewood Flats fait partie de ces aires de conservation. Situé à North Vancouver, ce site de haute terre de 24 hectares se trouve à proximité de la voie migratoire du Pacifique, et offre aux amateurs d’oiseaux un environnement protégé où il est possible d’observer la nature de très près.