Mammifères marins

La sécurité des populations d’espèces sauvages dans les eaux locales constitue une composante essentielle d’un environnement maritime sain et pleinement opérationnel. Le Port de Vancouver s’est fortement engagé à ce que ses opérations soient menées de manière responsable et durable sur le plan environnemental, de même qu’à assurer et à promouvoir la protection de la faune locale.

Programme ECHO

Le programme ECHO (amélioration de l’habitat et de l’observation des cétacés) est une initiative menée par le Port de Vancouver qui vise à mieux comprendre et gérer les répercussions des activités de navigations sur les espèces de baleine en péril le long de la côte sud de la Colombie-Britannique. Quelques-unes des menaces clés qui pèsent sur les baleines dans la région comprennent les perturbations acoustiques (bruit sous-marin), les perturbations physiques (collisions avec les navires), les contaminants environnementaux et la disponibilité des proies. L’objectif à long terme du programme ECHO consiste à développer des mesures d’atténuation qui permettront de réduire de manière significative les menaces potentielles qui pèsent sur les baleines en raison des activités de navigation commerciale.

Le programme ECHO s’est appuyé sur les avis et commentaires des scientifiques, de l’industrie de la navigation commerciale, des groupes chargés de la conservation et de la protection de l’environnement, des Premières Nations et des organismes gouvernementaux afin de concentrer les efforts dans le cadre du programme et d’établir les buts et objectifs de ce dernier. Le groupe de travail consultatif du programme ECHO est composé de membres des différentes organisations indiquées ci-dessous. Le groupe de travail du programme ECHO continuera à se réunir régulièrement afin d’élaborer des solutions d’atténuation régionales.

Organisations membres du groupe de travail consultatif
BC Ferries Administration de pilotage du Pacifique
Chamber of Shipping of British Columbia Le Port de Vancouver
Cruise Lines International Association – Northwest et Canada Transports Canada
Premières Nations Aquarium de Vancouver
Pêches et Océans Canada Washington State Ferries
Hemmera World Wildlife Fund Canada
National Oceanic and Atmospheric Administration

Projets

Le programme ECHO appuiera une série de projets individuels à court terme, d’études scientifiques et d’initiatives éducatives. Ces projets permettront de mieux comprendre les menaces régionales cumulées posées par les navires, ce qui facilitera l’élaboration de solutions d’atténuation. Le groupe de travail a permis de désigner le bruit sous-marin comme un domaine d’intérêt prioritaire en fonction de ses répercussions sur les espèces en péril, en particulier la population résidente du sud d’épaulards. À cette fin, le programme ECHO a réuni un comité technique acoustique chargé de donner des conseils d’expert sur les approches des projets, les buts et les objectifs particuliers en ce qui a trait au bruit sous-marin. D’autres comités techniques seront formés relativement aux différentes catégories de menace, le cas échéant.

Échéancier

L’objectif à long terme du programme ECHO consiste à développer des mesures d’atténuation qui permettront de réduire de manière significative les menaces potentielles qui pèsent sur les baleines en raison des activités de navigation commerciale. L’échéancier du programme ECHO est le suivant :

Perturbations acoustiques (bruit sous-marin)

Le programme de rétablissement des épaulards de Pêches et Océans Canada indique que les perturbations, y compris le bruit sous-marin, constituent l’une des menaces actuelles qui pèsent sur les épaulards en Colombie-Britannique. Les baleines utilisent des signaux sonores pour naviguer, communiquer et repérer leurs proies. Le programme de rétablissement suggère également que l’augmentation du trafic des navires est responsable de l’augmentation des niveaux de bruit ambiant mesurés au cours des 100 dernières années. C’est pour cette raison que le bruit sous-marin constitue l’un des secteurs d’étude prioritaires du programme ECHO. Le comité technique acoustique se compose d’experts techniques, y compris des chercheurs scientifiques spécialisés dans le domaine des mammifères marins, des architectes navals et des spécialistes de l’acoustique qui ont participé à l’élaboration d’un plan de travail dans le cadre du programme ECHO pour réduire le bruit sous-marin.

Les projets portant sur le bruit sous-marin actuellement à l’étude comprennent les exemples suivants :

  • contrôler les niveaux de référence du bruit sous-marin ambiant dans la région à l’aide d’un réseau d’hydrophones;
  • repérer et mesurer les éléments qui contribuent au bruit sous-marin, des différents types de navires au bruit océanique général dans la région;
  • évaluer l’incidence des différents niveaux de bruit sous-marin sur la population résidente du sud d’épaulards et les autres mammifères marins;
  • utiliser la modélisation informatique pour prévoir les différentes méthodes d’atténuation permettant de réduire le bruit sous-marin, puis tester ces prévisions dans l’océan;
  • installer un poste d’écoute du bruit sous-marin causé par les navires dans le détroit de Georgia, poste devant lequel les navires devront passer afin de nous permettre de mieux comprendre les niveaux de bruit provenant des différents navires;
  • mettre à l’essai une technologie de nettoyage de la coque dans l’eau et mesurer les niveaux de bruit sous-marin des navires avant et après le nettoyage, afin de comprendre si le nettoyage de la coque d’un navire permet de réduire les émissions de bruit;
  • réaliser des activités éducatives de sensibilisation des marins commerciaux à propos des mammifères marins et des répercussions du bruit.

L’objectif de ces projets consiste à documenter les éventuelles options d’atténuation et à élaborer des solutions novatrices afin de réduire le bruit sous-marin dans la région. Les mesures d’atténuation peuvent comprendre des mesures incitatives ou une reconnaissance pour l’utilisation d’une technologie verte sur les navires, des modifications apportées aux activités opérationnelles des navires océaniques, un programme de certification des navires silencieux, ou l’élaboration de critères liés au niveau de bruit des navires qui pénètrent dans le port. Les options d’atténuation proposées peuvent être mises en œuvre dans le cadre du programme de mesures incitatives du Port de Vancouver, ÉcoAction, ou du programme Alliance verte.

Perturbations physiques (collisions avec des navires)

Tel que relevé dans le programme de rétablissement pour le rorqual bleu, le rorqual commun et le rorqual boréal de Pêches et Océans Canada, le trafic des navires a augmenté de façon exponentielle au cours des dernières années. Cette augmentation du trafic peut potentiellement perturber les baleines en augmentant le nombre de collisions avec les navires ou en modifiant le comportement et le mouvement habituels des cétacés. Ce type de perturbations physiques constitue l’un des domaines d’étude du programme ECHO.

Le programme ECHO appuie les travaux de Pêches et Océans Canada qui visent à étudier la répartition des grands cétacés au large de la côte sud-ouest de l’île de Vancouver à l’aide de la surveillance aérienne, de manière à repérer leur habitat. Le programme ECHO va poursuivre ces efforts au cours de la prochaine phase des travaux, où les données issues de la surveillance aérienne et des observations de baleines seront utilisées, en conjonction avec l’information portant sur l’emplacement et le sens de déplacement des navires, dans le but de repérer les secteurs clés où les risques de perturbations physiques ou de collisions sont les plus élevés. Cette information permettra de déterminer si des mesures d’atténuation sont requises, le cas échéant, afin de réduire le risque de perturbations physiques.

Les autres initiatives prises en compte dans le cadre du programme ECHO dans la catégorie des menaces posées par les perturbations physiques comprennent l’élaboration d’un système qui avertirait les navires de la présence de baleines dans le secteur, le développement d’un guide de sensibilisation destiné aux marins leur permettant d’identifier les mammifères marins et l’exploration de nouvelles technologies permettant de déterminer l’emplacement des baleines en temps réel.

Contaminants environnementaux

Il existe un certain nombre de contaminants chimiques et biologiques (les espèces envahissantes par exemple) présents dans les océans. Il est compliqué de mesurer les niveaux de contaminants présents dans l’organisme des épaulards ou des autres mammifères marins. Le fait d’étudier les contaminants présents dans l’eau, les sédiments et les sources alimentaires (par exemple les mollusques et crustacés) de l’environnement des mammifères marins constitue un moyen de comprendre leurs répercussions sur les cétacés.

Le programme ECHO envisage d’appuyer les recherches menées par ses partenaires qui consistent à recueillir et à analyser les échantillons de sédiments et de moules afin d’établir des niveaux de référence de la contamination environnementale. Ces travaux permettront de repérer les types de polluants présents ainsi que leur concentration de manière à mettre en œuvre des pratiques exemplaires dans l’eau et près de l’eau. De plus, le fait de déterminer le niveau de référence des contaminants actuellement présents permettra de suivre plus facilement l’évolution et de constater si la situation s’améliore ou empire.

On envisage également une autre étude sur les contaminants environnementaux qui consiste à prélever des échantillons avant, pendant et après le nettoyage de la coque des navires dans l’eau. Il sera ainsi possible de déterminer si les contaminants chimiques ou biologiques sont libérés dans l’environnement aquatique pendant le nettoyage.

Les options d’atténuation envisagées peuvent comprendre l’élaboration ou la mise à jour de différentes pratiques exemplaires et procédures opérationnelles normalisées destinées aux navires et aux locataires du port.

Disponibilité des proies

La disponibilité des proies, en particulier le saumon quinnat, est indispensable à la survie de la population résidente du sud d’épaulards. Bien que le programme ECHO se concentre sur les effets de la navigation commerciale et des activités portuaires, il reconnait l’importance de la disponibilité de proies pour les baleines au sein de l’habitat. Le programme d’amélioration de l’habitat du Port de Vancouver vise à créer et à améliorer l’habitat des poissons et de la faune, de manière à éliminer cette menace qui pèse sur les baleines en péril. Apprenez-en davantage à propos de l’amélioration de l’habitat.

Programmes de rétablissement et plans d’action de Pêches et Océans Canada

Programme de rétablissement des épaulards résidents du nord et du sud [PDF]
Plan d’action pour les épaulards résidents du nord et du sud [ÉBAUCHE]  [PDF]
Programme de rétablissement de l’épaulard migrateur  [PDF]
Programme de rétablissement du rorqual à bosse du Pacifique Nord  [PDF]
Programme de rétablissement pour le rorqual bleu, le rorqual commun et le rorqual boréal  [PDF]
Plan d’action partiel pour le rorqual bleu, le rorqual commun, le rorqual boréal et la baleine noire du Pacifique Nord  [PDF]

Dragage et mammifères marins

Le Port de Vancouver maintient un chenal profond le long des 36 premiers kilomètres du fleuve Fraser, de Sand Heads à New Westminster, y compris dans un secteur jugé comme un habitat essentiel pour la population résidente du sud d’épaulards.  Le chenal permet aux navires océaniques, dragues, traversiers, remorqueurs, bateaux de pêche et embarcations de plaisance d’accéder aux entreprises et industries situées dans les municipalités de Richmond, Delta, Surrey et New Westminster.

Afin de nous assurer que nos activités de dragage dans le fleuve Fraser n’ont pas d’incidence sur la population résidente du sud d’épaulards, un observateur formé dans le domaine des mammifères marins se trouve à bord de chaque navire de dragage. Si la présence d’un épaulard est détectée dans un périmètre de 1 000 mètres autour du site de dragage, toutes les activités de dragage ou d’élimination cessent et ne peuvent reprendre avant qu’un délai de 30 minutes ne se soit écoulé après que l’épaulard a quitté la zone. Des carnets d’observation sont tenus et toutes les interruptions sont documentées afin de présenter un rapport à la fin de l’année à Pêches et Océans Canada et à Environnement Canada. Apprenez-en davantage à propos des activités d’entretien du fleuve Fraser et du dragage.