Amélioration de l’habitat

Dans le cadre de son approche en matière de gérance environnementale et de durabilité, le Port de Vancouver a amélioré de manière proactive l’habitat local depuis plus de 20 ans.

Depuis 1991, notre équipe s’est consacrée à créer, rétablir et améliorer l’habitat des poissons et de la faune, y compris les marais salés, les marais intertidaux et les lits de zostère marine, dans le but de trouver un juste équilibre entre un environnement sain et le futur développement nécessaire pour les opérations portuaires.

Programme d’amélioration de l’habitat

Notre programme d’amélioration de l’habitat, qui a été officialisé dans le cadre d’un accord de fait en 2012 avec Pêches et Océans Canada, améliore notre capacité à compenser les répercussions potentielles du développement.

Le programme d’amélioration de l’habitat est une initiative du Port de Vancouver qui vise à créer, à restaurer et à améliorer l’habitat des poissons et de la faune sauvage. Le programme comporte des projets menés dans l’ensemble de la vallée du Bas-Fraser, par l’intermédiaire desquels le Port de Vancouver s’assure de la viabilité et de la durabilité d’un nouvel habitat ou d’un habitat amélioré. Le programme constitue une mesure proactive conçue pour créer un équilibre entre un environnement sain et les projets de développement qui peuvent être nécessaires dans le cadre des opérations portuaires.

Projets d’amélioration de l’habitat

Le Port de Vancouver a supervisé la réalisation avec succès de projets d’amélioration de l’habitat à Delta, Surrey et Vancouver. Plusieurs de ces projets sont actuellement au stade de la proposition ou sont en cours d’examen. Apprenez-en davantage à propos de nos projets d’amélioration de l’habitat.

Programme d’études sur le terrain

Le Port de Vancouver mène des études sur le terrain dans le cadre des travaux environnementaux et techniques permanents réalisés pour les projets d’amélioration de l’habitat.

Fiche d’information sur les études sur le terrain menées en septembre 2015
Fiche d’information sur les études sur le terrain menées en août 2015
Fiche d’information sur les études sur le terrain menées en juin 2015

Types d’habitat

En collaboration avec nos partenaires, nous avons créé, restauré ou amélioré différents types d’habitats dans l’ensemble de la vallée du Bas-Fraser pour le bien-être des poissons et de la faune de la région. Par exemple, nous nous sommes efforcés de mettre en place plusieurs types d’habitats afin de favoriser l’écosystème aquatique. Ci-après se trouve la liste des différents types d’habitats que l’on retrouve dans la vallée du Bas-Fraser.

Marais intertidal

Les marais côtiers se trouvent le long des rivages et des estuaires, à l’endroit où l’eau douce rencontre l’eau salée. Les marais intertidaux offrent un habitat important pour l’alevinage des jeunes saumons, les sauvagines, les oiseaux migrateurs et les autres poissons et espèces sauvages.

Marais salé

Le marais salé correspond à un type de marais intertidal que l’on trouve dans les secteurs côtiers, lorsque les marées océaniques inondent et drainent les terrains marécageux. Les espèces propres au marais salé, comme la zostère marine, la salicorne et l’ammophile, constituent une importante source de production primaire, de nutriments et de matières organiques pour former un réseau tropique sur lequel s’appuient un grand nombre d’espèces de poissons, d’oiseaux et d’autres espèces sauvages.

Lits de zostère marine

La zostère marine est une plante pérenne à fleurs qui forme des lits sous-marins fréquentés par plusieurs espèces, dont les poissons, les sauvagines et les invertébrés. La zostère marine sert en particulier de refuge pour les jeunes saumons, les harengs du Pacifique, les crabes dormeurs, les bernaches cravants, les myes, les crevettes et les étoiles de mer. La création de lits de zostère marine permet également d’appuyer les fonctions écologiques critiques telles que le recyclage des nutriments, la protection contre les tempêtes et l’exportation des matières organiques.

Refuges marins

Les caissons sont des structures creuses en béton utilisées pour construire des terminaux maritimes et des quais. En ajoutant des orifices placés stratégiquement dans les caissons, on peut ainsi créer des refuges marins et un habitat pour la vie marine. Nous les appelons « refuges caissons », et ils permettent aux poissons, crabes, crevettes, amphipodes, étoiles de mer et aux organismes marins de se mettre à l’abri des prédateurs et des eaux parfois agitées. Par exemple, les refuges caissons ont été utilisés pour compenser l’aménagement du troisième poste à quai de Deltaport.

Bancs d’habitat

Les bancs d’habitat correspondent à des zones sous-marines (qui ont la forme de bancs larges) construites à différents niveaux de manière à créer les conditions nécessaires pour permettre la croissance d’une végétation variée. Ces bancs sont placés sous l’eau avant d’être naturellement colonisés. La végétation en résultant offre de nombreux avantages, y compris fournir un abri et de la nourriture aux poissons. Des bancs d’habitat sont actuellement en place à Roberts Bank et dans Burrard Inlet, de même qu’un récif artificiel situé à proximité du parc Cates.

Partenariats

En plus de sa collaboration avec Pêches et Océans Canada, le Port de Vancouver travaille de concert avec tous les niveaux de gouvernement, les organismes de réglementation, les Premières Nations et les communautés voisines dans le but d’adapter les projets d’amélioration de l’habitat aux différents environnements. Pendant des années, nous avons aussi collaboré avec des organisations environnementales, comme Canards Illimités Canada et la Fondation du saumon du Pacifique, afin d’améliorer l’habitat local.