Stratégie pour l’air pur

Inventaires des émissions

Pour savoir si nous réduisons efficacement nos émissions atmosphériques, nous devons d’abord les mesurer. C’est pourquoi nous réalisons un inventaire complet des émissions atmosphériques du Port de Vancouver tous les cinq ans, de manière à correspondre aux inventaires des émissions régionaux et nationaux. Les résultats nous permettent d’identifier des tendances pour améliorer nos programmes et nos politiques et, ultimement, réduire nos émissions.

Rapport 2015 des inventaires des émissions du Port de Vancouver

L’inventaire des émissions du Port de Vancouver produit en 2015, offert en anglais seulement, évalue les émissions atmosphériques provenant des activités maritimes, ferroviaires, routières, non routières et administratives associées au port.

Sommaire du Rapport 2015 des émissions du Port de Vancouver (en anglais seulement)

Stratégie pour l’air pur des ports du nord-ouest

Les émissions atmosphériques ne sont pas limitées par les frontières régionales ou nationales. C’est pourquoi nous travaillons de concert avec les autres grands ports et les agences gouvernementales de la région pour nous attaquer à la question des émissions atmosphériques.

Nous nous sommes associés aux ports de Seattle et de Tacoma, ainsi qu’au Northwest Seaport Alliance dans le but de développer et de mettre en œuvre une stratégie pour l’air pur appelée Northwest Ports Clean Air Strategy. Le programme vise la réduction des émissions atmosphériques liées au port dans le bassin atmosphérique de Puget Sound et le bassin de Géorgie. Cette stratégie conjointe profite également de l’apport d’Environnement et Changement climatique Canada, de Metro Vancouver, de la Puget Sound Clean Air Agency, du département d’État de l’écologie de Washington, et de l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA).

Objectifs

Les grands objectifs de la Stratégie pour l’air pur des ports du nord-ouest, selon des données de référence de 2005, sont les suivants :

  • réduire les émissions de particules en suspension par tonne de marchandise de 75 pour cent d’ici 2015 et de 80 pour cent d’ici 2020; et
  • réduire les émissions de gaz à effet de serre par tonne de marchandise de 10 pour cent d’ici 2015 et de 15 pour cent d’ici 2020.

La stratégie comprend des cibles de performance pour chacune des sources d’émissions principales du port, notamment les navires océaniques, les navires portuaires, l’équipement de manutention du fret, les camions porte-conteneurs, les locomotives et les activités administratives.


Surveillance de la qualité de lair

Bien que les inventaires des émissions atmosphériques que nous conduisons nous permettent de mieux comprendre la quantité et la source des polluants libérés dans l’atmosphère, ils ne nous permettent pas de mesurer leur impact dans les régions où nous habitons, travaillons et nous divertissons. Par exemple, les polluants sont dispersés par le vent et peuvent réagir avec d’autres composantes pour créer de nouveaux types de polluants. La surveillance de la qualité de l’air ambiant nous aide à connaître la concentration des polluants dans l’air dans un emplacement donné, qu’ils proviennent des activités du port ou d’autres sources.

Nous collaborons avec Metro Vancouver et d’autres partenaires pour évaluer la qualité de l’air à proximité du port par l’intermédiaire des initiatives suivantes :

  • La station de contrôle de la qualité de l’air T39 de Metro Vancouver, située à Pebble Hill, dans la collectivité de Tsawwassen, et financée par l’Administration portuaire Vancouver-Fraser, fait partie du réseau de suivi de la qualité de l’air du grand Vancouver depuis 2010. Les résultats recueillis par la station sont utilisés tant par Metro Vancouver que pour nos propres évaluations environnementales.
  • Le programme de surveillance de la qualité de l’air de la Première Nation Tsawwassen, mené en 2014 et en 2015, comprenait une évaluation de la qualité de l’air sur les territoires de la Première Nation Tsawwassen, qui était comparée aux résultats de la station T39, et mesurait la contribution du charbon aux retombées de poussières. Cette étude était chapeautée par l’Administration portuaire Vancouver-Fraser, avec l’apport et le soutien de la Première Nation Tsawwassen, de Metro Vancouver et de Westshore Terminals.
  • Un autre programme de surveillance de la qualité de l’air, intitulé Burrard Inlet Local Air Quality Area Study Phase II, a été mis en œuvre sur la rive sud de Burrard Inlet en 2014. L’Administration portuaire Vancouver-Fraser a financé l’achat, l’installation et une part de l’entretien de cette station de surveillance, qui permettra de mieux comprendre les effets des activités portuaires sur la qualité de l’air de Burrard Inlet.

 

Merci de votre intérêt envers le Port de Vancouver. Pour obtenir de plus amples renseignements en français, veuillez nous écrire à [email protected] ou nous téléphoner au 604 665-9000.